Mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914

//Mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914
Mitrailleuse Hotchkiss Mle 19142018-07-08T23:19:22+00:00

      La guerre de 1870-1871 voit la première utilisation des mitrailleuses au sein de l’armée française. Ce ne sont alors que des « canons à balles » avec une capacité de tir limité. Utilisées comme des pièces d’artillerie, montées sur affut, leur efficacité est ainsi très limitée, et il faudra attendre une vingtaine d’année pour que l’armée s’y intéresse de nouveau, et que de nouvelles mitrailleuses beaucoup plus modernes commencent à se développer.

      En parallèle des manufactures d’état, des entrepreneurs privés se lancent dans l’étude de mitrailleuses, dans le but de les vendre aux différentes armées qui seraient intéressées. Parmi ceux-ci, il y a la société Hotchkiss, fondée par Benjamin Berkeley Hotchkiss, entrepreneur américain qui avait installé une filiale de son entreprise en France. Une usine Hotchkiss sera fondée à Saint Denis en 1875.
Après avoir acheté en 1893 un brevet d’arme automatique fonctionnant par emprunt des gaz, la firme Hotchkiss et Cie met donc au point en 1897 un prototype qui fut rapidement commercialisé. Ce modèle, régulièrement amélioré jusqu’en 1914, est adopté par l’armée française sous les appellations mdle 1900 puis mdle 1914. C’est une arme automatique fonctionnant par emprunt des gaz avec un piston sous le canon, et à refroidissement par air (la plupart des mitrailleuses en service dans le monde à cette époque étant à refroidissement par eau). Elle est alimentée par des bandes métalliques de 24 cartouches de calibre 8X51R lebel, ainsi que par des bandes articulées de 250 cartouches. Son fonctionnement est extrêmement simple et efficace, et l’arme ne comporte que 30 pièces. Son démontage est relativement aisé et rapide. Le canon, en particulier, peut-être remplacé sur le terrain avec une clef spéciale. Elle peut être utilisée sur un affut Hotchkiss mdle 1914 et 1916, mais également, avec un adaptateur approprié, sur les affuts omnibus 1915 de la St Etienne. Elle est mise en service dès 1903, mais en petite quantité. En effet, Hotchkiss était un entrepreneur privé, ce qui posait différents problèmes à l’armée qui ne voulait pas dépendre d’un industriel privé, ne pas payer de royalties, et surtout elle voulait avoir le contrôle total du développement et de la construction. Il sera donc décidé d’étudier et de faire construire une mitrailleuse dans les manufactures nationales : la mitrailleuse St-Etienne mdle 1907, qui équipera massivement l’armée.

      Au début de la guerre, il n’y a donc que 200 mitrailleuses Hotchkiss en service dans l’armée française. Cependant, son bon comportement au combat, sa fiabilité et sa robustesse font que sa production a vite augmenté, au point de devenir prioritaire dès 1916 au dépend de la mitrailleuse St Etienne 1907 jugée plus fragile, qu’elle remplace petit à petit. Elle devient ainsi la principale mitrailleuse de l’armée française dans les dernières années de la guerre. Elle verra encore quelques améliorations au cours du conflit, comme une nouvelle hausse, la possibilité d’adapter un cache-flamme, et quelques changements mineurs.

      Solide et fiable, elle est encore majoritairement en service en 1940, dans les troupes des forces françaises libres, puis se retrouvera plus modestement dans les conflits d’Indochine et d’Algérie.

La mitrailleuse est servie par :

  • 1 Chef de pièce (Caporal)

  • 1 Tireur

  • 1 Chargeur

  • 1 Aide chargeur

Caractéristiques

Longueur de l’arme : 1320 mm
Longueur du canon : 795 mm
Masse à vide (sans affût) : 23 kg
Masse chargé sur affût trépied Mle 1916 : 47,500 kg
Alimentation par bandes rigides : 24 cartouches
Alimentation par bandes articulées : 251 cartouches
Calibre : 8 mm
Munition : 8 x 50R dite 8mm Lebel
Cartouches utilisées :
  • Mle 1886 D (balle de 12,8 g à bout pointu en laiton)
  • Mle 1886 D à balle traçante T (balle de 11,2 g en laiton et composition traçante)
  • Mle 1886 D à balle perforante P (balle de 9,6 g en laiton et noyau d’acier)
  • Mle 1886 D à balle fraisée (balle de 12,3 g en laiton)
  • Mle 1905 à blanc (balle en bois)
Vitesse initiale (Vo) : 690 à 710 m/s
Cadence de tir : 450 à 600 coups/min
Cadence pratique de tir : 150 coups/min
Portée pratique (hausse de combat) : 1200 m
Portée utile : 3500 m
Portée maximale : 5500 m

NB : Toutes nos armes sont conformes à la législation en vigueur.