Le fusil mitrailleur CSRG Mle 1915 « Chauchat »

//Le fusil mitrailleur CSRG Mle 1915 « Chauchat »
Le fusil mitrailleur CSRG Mle 1915 « Chauchat »2018-07-08T23:33:56+00:00

      Avec la Grande Guerre, arrive l’avènement d’une arme nouvelle, la mitrailleuse, capable de décupler la cadence de tir tout en causant d’importants dégâts. Cette apparition et la prolifération de cet armement dans les différentes armées du début du XXe siècle seront en partie responsables des morts de masse. La guerre, telle qu’on la connaissait jusqu’alors va définitivement changer de visage. Les pertes effroyables de l’été 1914 dues aux mitrailleuses allemandes, confortera l’état major dans l’urgence de se doter d’armes automatiques.

      Les mitrailleuses alors en service dans l’armée Française, bien qu’efficaces, sont lourdes, encombrantes, et nécessitent une équipe de 4 hommes pour leur mise en place. Si elles sont très efficaces en position défensive, elles ne sont pas adaptées à une guerre de mouvement. Il sera donc décidé d’étudier une arme nouvelle, ayant la puissance de feu d’une mitrailleuse, mais pouvant être transportée et servie par un seul homme, et ainsi accompagner l’infanterie lors d’un assaut. En partant d’un prototype mis au point par Messieurs Chauchat et Sutter en 1911 et déjà employé dans l’aviation au début de la guerre, sous l’influence de Joffre, celui-ci sera développé pour pouvoir être construit en grand nombre et à faible coût.

      L’arme ainsi mise au point prendra le nom de FM (fusil-mitrailleur) C.S.R.G, pour Chauchat Sutter Ribeyrrolle Gladiator (usine où il sera construit). Une première commande officielle de 50 000 exemplaires se fera dès avril 1915. Cette arme nouvelle, tranche complètement avec la tradition armurière française dans sa conception. En effet, pour assurer une production de masse, plus question d’utiliser les méthodes de construction du temps de paix. Il est fait usage d’un maximum de tubes, de pièces embouties, de rivetage, soudure etc… Les tolérances mécaniques seront très larges, et des canons de rebuts de Lebel et de Berthier sont utilisés pour usiner les canons du nouveau FM. Il en résulte une arme rustique, avec un aspect très « brut de décoffrage ». D’un poids à vide de 8,8 kg, c’est une véritable avancée, quand on compare à une mitrailleuse Hotchkiss qui, avec son affût, pèse 50 kg. Le magasin contient 20 cartouches, de calibre 8X50 R « Lebel », et l’arme a une cadence de tir de 240 coups/minute.

      Dès octobre 1915, 13 500 exemplaires seront construits, ce qui va permettre de former les premiers élèves fusiliers-mitrailleurs à partir de l’hiver. L’arme sera distribuée à la troupe à partir du 1er mars 1916, en pleine bataille de Verdun, où elle connaîtra son baptême du feu. Elle est initialement destinée à être servie par deux hommes, le tireur et un pourvoyeur. A partir de 1917, l’équipe se verra attribuer un troisième pourvoyeur pour un apport de cartouches supplémentaires. Seront également conçues des cartouchières spéciales pour le tireur, qui peuvent contenir 2 chargeurs chacune, ainsi qu’une musette et un havresac pour le transport des chargeurs supplémentaires. L’arme évoluera peu au cours de la guerre, seul un cache-flamme lui sera adjoint durant l’année 1917. Il en sera livré initialement 8 par compagnie, ce chiffre passera à 12 à la fin de 1918. 265 000 exemplaires seront fabriqués au cours de la guerre, principalement par la maison Gladiator, choisie car elle utilisait déjà les techniques de fabrication nécessaires pour le Chauchat.

      Malgré quelques défauts d’enraiement, principalement dus au chargeur mal conçu qui laisse entrer la boue dans son mécanisme, l’arme est globalement fiable et efficace. Elle sera très critiquée, notamment à cause de son recul, son instabilité, et son bipied que rien ne retient. Elle avait cependant le mérite d’exister, et d’apporter un réel soutien de feu lors de l’assaut. Le Chauchat aura été un précurseur, lançant le concept du fusil-mitrailleur qui sera largement développé par la suite. Ce fut l’arme automatique la plus fabriquée de la Grande Guerre, et de nombreux pays comme les Etats-Unis, la Belgique, la Roumanie, l’Italie, la Russie et la Serbie passeront commande pour doter leurs armées du Chauchat.

Caractéristiques

Longueur de l’arme : 1070 mm (modèle sans cache-flamme)

1170 mm (modèle avec cache-flamme)

Longueur du canon : 450 mm
Poids à vide (sans chargeur) : 8,870 kg
Poids chargé : 9,800 kg
Contenance du magasin : 20 cartouches
Calibre : 8 mm
Munition : 8 x 50R dite 8mm Lebel
Cartouches utilisées : Mle 1886 D (balle de 12,8 g à bout pointu en laiton)
Vitesse initiale (Vo) : 630 m/s
Cadence de tir : 240 à 250 coups/min
Cadence pratique de tir : 120 coups/min
Portée pratique (hausse de combat) : 200 m
Portée utile 2000 m

NB : Toutes nos armes sont conformes à la législation en vigueur.